Une histoire, une passion

Une histoire familiale

Rapatriés d’Algérie  les grands parents de Bertrand  se sont installés à Cadeillac, à Lavelanet de Comminges, en 1958.
Cette propriété correspondant en plusieurs points à ce qu’ils connaissaient en Algérie : un domaine planté de céréales et de vignes, les oliviers n’étant pas très courants dans le Sud toulousain.

Le grand-Père de Bertrand, Marc Henry,  deviendra le président de la cave coopérative de Lavelanet de Comminges.
Dans les années 60 le domaine de Cadeillac compte 15ha de vigne.

Dans les années 70-80, les habitudes de consommation et de distribution changent,
le vin ne se boit plus à chaque repas, les volumes de vente s’effondrent et de nombreux vignerons du Sud toulousain arrêtent leur activité et arrachent les vignes pour se recentrer sur les céréales, le maïs notamment.
Alors qu’il fallait un mois de travail pour un hectare de vigne, il ne fallait qu’un jour un hectare de maïs.

Le petit vin ou vin de soif produit alors titre 7-8°.
Les caves coopératives de Longages-Noé, Berat, Carbonne et Lavelanet ferment tour à tour, ne laissant active que la cave coopérative de Peyssies.

La renaissance d’un domaine

Bertrand HENRY a découvert sa passion pour la viticulture à 14 ans, après des études agricoles il reprend officiellement le domaine  viticole en 2005.

Tout d’abord via la cave coopérative de Peyssies en association avec 6 autres viticulteurs locaux.

Après quelques années certains viticulteurs cessent leur activité et les vignes sont rachetées, certaines seront gérées par l’AJH et l’ESAT de Peyssies et du Bois de La Pierre et restent attachés à la production de la cave coopérative de Peyssies, certaines vignes anciennes sont achetées par Bertrand HENRY.

La plupart de ces vignes sont encore aujourd’hui au cœur du travail de Bertrand HENRY : Découvrir les cépages